REGLES

 

ET

 

 CONVICTIONS

METHODOLOGIES

 

ET

 

STRUCTURES

.

Avant toutes choses , les éleveurs de ce site vous demandent d'écouter la première chanson car , dans ces paroles  Monsieur Jacques Brel fait ressentir l'idéologie que porte le Cami De Cathéric dans sa philosophie par rapport à la race du Berger Belge de Travail . 

Nombreux débats au sein de la communauté scientifique : Il reste très difficile d'établir l'influence des gènes sur le caractère . Pour certains savants , seule une part infime de nos dispositions psychiques et mentales serait imputable à notre patrimoine génétique . L'environnement social , l'éducation , le milieu dans lequel nous vivons  seraient beaucoup plus déterminants que l'atavisme .

Mais attention , nous nous situons dans un contexte humain  en phase systématique de retrempes et non dans une sélection spécifique à un emploi précis .

 

Je ne crois qu'à la génétique,mais pour ce faire,il faut réellement savoir le Vrai du Faux . Dans le doute je m'abstiens.
Je me tiens à une règle systématique : Connaître parfaitement la lignée sur les apports comportementaux dans le dressage,le phénotype et le physiologique.
Si je repère un chien,même inconnu,que je ressent;Je veux connaître au moins 80% de sa lignée jusqu'a la 3éme génération.
Pour le travail,je le dissocie totalement de l'inné,trop d'acquis positifs ou négatifs peuvent décalés la vision que l'on se fait de l'animal.

Pour finir l'accouplement est souvent suggestif et dépend des pensées et du ressenti de chacun...

Les bases fondamentales du travail sur la génétique caractérielle peuvent aider à la compréhension du système.

Je les ai appris par l'intermédiaire de mon mentor sur ce sujet : M.Varlet André à qui je rend hommage par ce site.
Tous les pays cynophiles et surtout la Belgique pratique depuis longtemps une technique d'élevage basée sur la réunion de courants complémentaires.

Courant de Sang A:chien dans le type,réactif et disponible à l'éducation,pouvant être sensible sur l'inconnu(humain et milieux),manquant de présence sur un dressage poussé et pointilleux mais souvent tonique et joueur.

Courant de Sang B:chien puissant,athlétique,très équilibré avec un caractère combatif dans le dressage,souvent intransigeant dans le mordant.

Exemple:Itusk des 2 Pottois(Cartouche(
B)sur Fury des 2 Pottois(A).)

La première génération d'une union A et B peut donner,si l'effet de complémentarité des aptitudes est récessif,des chiens de très grandes qualités.
La deuxième génération permet de certifier le résultat en employant une consanguinité sur l'axe paternel ou maternel.
La troisième ou quatrième génération laisse à l'éleveur l'opportunité de continuer en demi-sang(A+B)ou resserrer vers A ou B.
Il n'existe aucun champion qui ne soit issu d'une de ces combinaison...

Ce travail sur plusieurs générations permettra à l'éleveur de percevoir les produits ayant le plus d'aptitudes pour des programmes spécifiques ou pour des demandes précises.

Contrairement à ce que pensent beaucoup de personnes, le cheptel canin naît de cette méthodologie peut parfaitement s'adapter au Ring Français, Belge , au Mondioring ,au RCI , etc…. Il suffit tout simplement de préparer l'élève dès les fondamentaux au programme envisagé.
L'innée s'il est bien présent donne la matière suffisante pour préparer l'acquis. C'est au dresseur de se remettre en question : chaque programme pour le haut niveau est toujours très difficile.
J'ai souvent l'habitude de dire :
"qu'un objectif flou devient inéluctablement une connerie précise".



Quant au sujet de la consanguinité, c'est une arme à double tranchant mais c'est la seule manière de fixer des qualités ( ou des défauts ) . C'est pour cela que lorsque l'on emploie cette méthode, il faut être particulièrement rigoureux sur le sujet que l'on prendra comme appui.

Le fait de définir un sigle X,ne doit être pris qu' à titre suggestif mais surtout pas affirmatif.
La génétique caractérielle n'est pas une science exacte,elle possède des règles irréfutables mais le hasard de la nature réserve toujours quelques surprises,bonnes ou mauvaises.
C'est dans cette part d'incertitude que certains éleveurs savent oser et prendre leurs responsabilités,quant à leurs choix d'actions rédhibitoires...

A l'heure actuelle,à titre personnel,il existe encore en France des étalons et des lices "B",mais beaucoup moins qu'en Belgique. Le débat serait long à expliquer de part plusieurs paramètres,je m'en tiendrais donc au plus important:notre école de dressage a évolué tellement dans tout les domaines qu'à ce jour,les "B"arrivent rarement à se faire une place au soleil et sont donc souvent dans l'ombre.

M.Varlet est celui qui avec M.Vansteenbrugge m'ont beaucoup appris quand à l'esprit et la perception de la génétique,ils m'ont fait toucher du doigt que les gènes font ce que l'on est.
Comme disaient les anciens:
"Les chiens font pas des chats".
L'assujetti de ces deux courants de sangs doit être pris dans une phase primaire et non en tant qu'entité propre.
Cela veut dire que dans n'importe quelle espèce ou race,nous pouvons déterminé le type caractériel de chaque individu de part leur façon d'agir et d'être dans des situations précises.
Ces réactions les positionnent en A ou B majeur en phase première,voire avec un facteur secondaire s'il y a lieu : petit a ou petit b. Mais attention,c'est à tout un chacun de ressentir l'inné de l'acquis selon sa propre perception.
Personne n'a découvert de types précis,ce n'est que l'analyse après coup d'éleveurs passionnés qui ont formaté cette conception d'emploi et M.Varlet qui l'a défini comme tel.
Cette science génétique basée sur le caractère c'est concrètement notifié de par le fait que le Berger Belge est une race fondamentalement naturelle sans concepts artificiels,de plus depuis son suivi génétique,cette race a toujours travaillé,nous nous situons donc sur au moins une trentaine de générations basé sur l'atavisme,cela explique pourquoi tant de lignées décalées possèdent les mêmes stimulus plus ou moins réactifs.
 


Les deux courants de sang déterminent des façons de réagir qui sont propres à un individu dans son innéité,mais malheureusement il faut savoir séparer les acquis apportés durant l'évolutif mental et technique.
A l'heure actuelle,de grandes écoles de dressage ont éclos,certains même sont des professionnels pouvant journalièrement remettre le couvert et en vivre .Il y a une quinzaine d'années,cette pratique était très isolée.
Cette transformation a fait évoluer beaucoup de paramètres que se soit dans le matériel de dressage de tous types,les textiles de mordant,et de fait un nouvel esprit dans la forme et le fond.
Plus de préparations sur les fondamentaux:Techniques plus élaborées,Tactiques d'anticipations,Psychiques plus performants,Physiques préparés aux emplois demandés,tout cela aussi bien humainement que caninement.
L'évolution est une réaction naturelle et qui n'évolue pas régresse,c'est ainsi.
Alors quand je vois que l'hégémonie,l'excellence du Berger Belge Malinois dans le Ring est dû au fait que les soi-disant nouveaux programmes le favorise,je m'insurge devant cette idée très sectaire.
C'est vite oublié que pourtant les sauts sont moins sélectifs qu'avant,que les HA sont moins virils;souvent des alibis fleurissent pour cacher les vrais problèmes,c'est plus facile que de se remettre en question.

Si le Malinois ou les autres variétés Belges sont si dominantes,quels que soient les programmes,c'est tout simplement parce que certaines personnes ont osées aller à l'encontre des idéologies prêchées par leur club de race sur l'image morphologique de l'hyper type demandé sans tenir compte de l'atavisme caractériel.
Tous les fanatiques amoureux d'une race de travail se doivent de se rebeller contre l'oligarchie présente dans le club de race,autrement vous vous retrouverez avec des Miss au bout de la laisse,et malheureusement,ce constat est sur une pente pratiquement irréversible pour certaines races,alors ne jetez pas la pierre sur la mauvaise cible et servez vous plutôt de notre méthodologie.
Je suis au même titre que beaucoup d'utilisateurs très éclectique pour les chiens de sports,j'ai ma préférence et ce n'est pas pour autant que je dénigre les autres.
Si vous cherchez bien ce que vous voulez trouver sur des qualités précises axées sur l'atavisme caractériel,il vous faut admettre les défauts inhérents à votre race de prédilection,savoir aussi les qualités premières qui vous permettrons de bâtir des fondations obligatoires pour fixer un modèle qui s'adapter à la demande d'utilisateurs .A partir de là,vous pourrez construire un schéma génétique basé sur les courants A ou B,sans oublier les facteurs de jonctions vous ramenant sur des compromis intéressants.
Attention cependant à la lecture des types,comme je l'ai déjà dit,c'est votre proprioception qui doit tenir lieu de fil d'ariane et non pas les idées de quiconque,le ressenti est personnel et les A ou B possèdent qualités et défauts,c'est à vous de prendre vos responsabilités.

Soyons logique,il y a trente ans,le malinois de travail existait que part des élevages de référence,souvent axés sur des lignées spécifiques descendant d'étalons encore notifiés comme fondamentaux.
Quand je vois écrit que "Les Noaillerie" apportent de la sensibilité,cela m'exaspère...
Quand on dit que "Les Fontaines du Buis" apportent de la nervosité,cela m'indispose...
Quand on se permet de salir les Affixes "du Domaine du Caméléon","de Vulcain","du Calvaire aux Acacias" par tel ou tel propos,cela m'écoeure...
Beaucoup oublie que sans ses Icônes,l'élevage Français serait actuellement moribond,et il est fortement réducteur d'induire dans des phrasés qu'un des élevages cités en référence puisse être néfaste à ce qu'est le Malinois actuel.
Tout ces éleveurs ont su à leur époque et encore maintenant évoluer et s'adapter en employant judicieusement les axes prévalant à leurs manques. N'oublions pas qu'ils sont allés chercher: les"Rusky,Vidoc,Xjellaba,Yttro,Beeber,Varack,Espoir,Gabon" pour les marier à nos"Flap,Mulot et consorts".
Alors le Respect est de mise,mais surtout pas le dénigrement,surtout venant d'incultes jaloux.

A l'heure actuelle,la mode est à l'éclectisme,pour la musique ou autres plaisirs ludiques,je le conçois,mais dans la génétique,cette pratique est à mon avis UNE PESTE COMMERCIALE,qui peut tuer une race.
Tout éleveur consciencieux se doit d'avoir une ligne de conduite sur l'héréditabilité des gènes,en les dissociant systématiquement,il créait une dissociation et une rupture à la fixation des qualités recherchées,cela entraîne inéluctablement dans ces portées hétérogènes des produits portant plus du jeu du hasard et de la connerie humaine...

Lorsque je lis sur une publicité d'élevage au moins six noms d'étalons de lignées décalées,je plains les nouveaux acquéreurs quant à leurs choix:ça tient du pile ou face avec un dé octogonal et cela me fait craindre le pire quand à l'avenir de notre cheptel.
La vulgarisation de notre race ne doit pas passer par un axe d'industrialisation,le quantitatif va toujours à l'encontre du qualitatif,certaines races l'ont payé au prix fort,ne mettez pas la notre dans le même panier.

La construction génétique se doit d'être précise et élaborée sur des axes établis comme judicieux pour l'évolutif,tous les plus grands traceurs sont nés de cette politique,les autres ne sont que des étoiles filantes:elles brillent,passent et disparaissent...

Il est bien évident que le mercantilisme n'est pas systématique,mais ne me dites pas que certains "maquignons" ne jouissent pas de la reconnaissance du Malinois pour en faire profit en se servant des chiens de tête pour mieux vendre;Ne me dites pas que dans certains entraînements,l'on puisse cacher aussi bien qu'en concours les faiblesses de l'animal pour favoriser une saillie;Ne me dites pas que quelquefois un étalon plus proche,pas nécessairement plus intéressant,ne saillira pas une lice,parce que le temps ou l'argent manque.
Tous les éleveurs honnêtes reconnaîtront ces faits avérés,mais la vie est ainsi,il faut la vivre...
 


Tout le monde a un jour commencé,il ne faut pas croire que se sont les grands dresseurs qui feront que l'élevage sera reconnu,pour ma part des gens motivés sont tout aussi intéressants,mais pour cela ,indépendamment de l'équipe,il leur faut la matière,et c'est là que tout commence.
Quand on veut faire de l'élevage,il faut avoir des convictions et croire,voire démontrer par soi même la valeur de ses produits.
J'ai beaucoup appris par M.Vansteenbrugge,j'ai et j'aime encore les lignées Belges,lorsque je suis arrivé dans l'élevage,j'ai commencé avec des 2 Pottois:les :1ers de lignées Verbond,j'en ai pris plein la tête,on m'avait même affublé d'un triste attribut venant d'un jeu de mots lamentable "Des Pottoirs",malgré çà,je suis toujours là et l'avenir m'a donné raison;Rien n'est acquis,tout se gagne.

Pour y arriver,il faut s'instaurer une déontologie,se faire ou aller chercher un étalon,quand j'avais L'Cosaque,j'ai d'abord fait mes produits,je les aient sorti et ensuite j'ai fait des saillies extérieures,il faut savoir démontrer et se protéger,j'ai refusé des saillies qui me semblaient inopportunes,j'ai euthanasié des chiots décevants ou pour moi inconséquents.
J'ai essayé tout simplement de me faire un nom (ou un affixe)pour que les gens qui viennent,achètent un produit qui soit en correspondance à leurs idées,mais pour cela,il faut des lignées précises à leurs attentes.

Un chien convenant à son programme,d'autres en France veulent un produit pour le Ring Français avec ses spécificités.
Moi et d'autres préférons le compromis des deux,c'est notre perception.
Cela plait ou pas,c'est ainsi...

 

 

Je ne crois qu'en la Génétique,la consanguinité fixe et établie,la retrempe sécurise et complémente:cette loi est indéfectible et inéluctable.
Les éleveurs de Malinois ont par rapport à ceux des Tervuerens des opportunités de travail moins réduites,ce qui facilite amplement leurs constructions héréditaires.
Lorsque je travaille mes degrés de consanguinité,je me positionne directement sur des axes de bases plancher en phases d'équivalences sur des familles collatérales,cela me permet de ne pas créer de ruptures nettes.

En travail de consanguinité , je me base sur les recherches d'un savant américain : Sewell Wright qui en 1922 définit mathématiquement les pourcentages de consanguinité par " coefficient de consanguinité " .Plus récemment , Monsieur Malcolm B.Willis simplifie la formule .

 

Fx =

             1              ({     (Fx)      = coefficient de consanguinité de l'animal étudié
                n 1+n 2 - 1   { (n 1 et n 2) = degré de parenté d'un même ancêtre ; successivement du côté paternel , puis du  côté maternel
              2  

 

exemple : sur le pédigrée donné : Ancètres :  Cosaque en  2 / 3

                                                                 Venda   en  2 / 4

1 ère génération 2 ème génération 3 ème génération 4 ème génération
Père COSAQUE    
 
   
 
VENDA    
 
   
 
Mère   COSAQUE  
 
   
VENDA
     
 
   
 

 

COSAQUE   Fx =

       1

                       =

       2+3-1

     2

 

          1

                       =

              4

           2

 

 

         1

                       =  0,0625 = 6,25% *

             

        16

 

* Formule consanguine de Cosaque

VENDA  Fx =

 

           1

                       =

       2+4-1

     2

 

 

          1

                       =

              5

           2

 

 

         1

                       =  0,03125 = 3,125% *

             

        32

 

* Formule consanguine de Venda

 

** Consanguinité d'ensemble : 9,375%

Quand on dépasse 25 % , cela devient dangereux :

- Stérilité ou Baisse du contexte ovulatoire .

- Baisse de la Vitalité prénatale .

- Hausse de la Mortalité avant terme ou dans la première semaine après la naissance .

Si par exemple,je me fixe un individu type en:2/2,3/2,ou 2/4,je fais en sorte que sur la 5ème ou 6ème générations,les racines soient similaires.
Par contre,j'établie dés le départ des retrempages ayant des similitudes caractérielles pour ne pas dissocier certains acquis ataviques,cela me permet d'avoir un étayage continuel sur chaque étage.
Pour la fixation ou la retrempe,je m'adapte à la visualisation que je perçois sur les nichées.
Quand les chiots ont entre 6 ou 7 semaines,je les regarde vivre et c'est sur l'ensemble de la portée que je vois les prépondérances générales pour établir ultérieurement l'apport ou le certifié.

Jamais je ne fais de corrélation entre le phénotype et le caractère,d'autant plus sur la couleur,trop d'apports filiaux m'ont démontré que ce gène était dissociable.
Exemple : la fixation sur la couleur très charbonnée vient de deux points ; le 1er étant que l’ axe principal descend de l'alliance G'beeber/Phara très puissant et annihilateur des apports étrangers,le 2ème est lui typiquement esthétique et plaisant,tous les éleveurs de Belges charbonnées te diront que les gens préfèrent la plupart du temps les plus foncés et comme les meilleurs dresseurs ont le choix,ils prennent ceux là,ce qui malheureusement dénature par les acquis ultérieurs la véracité des valeurs concrètes
Je connais beaucoup de très grands chiens de travail de couleur fauves,sables,rouges ou pain brûlé qui ont démontré leurs valeurs.

En travail général,il existe deux probabilités d'héréditabilités:la Retrempe ou la Consanguinité plus ou moins étroite.
*
La Retrempe dissocie systématiquement le génotype et le phénotype,ce qui la rend plurifactorielle.
*
La Consanguinité ressère cet ensemble selon sa phase structurelle:plus elle est proche,plus la résultante devient monofactorielle.
Ces deux méthodes n'empêche quand même pas qu'un individu possède ses propres caractères anatomiques et fonctionnels,donc congénital.
Par contre et c'est évident,plus on ressère les sangs,plus le patrimoine héréditaire s'affirme:le Génome.
Dans une portée,si ce génome peut être similaire sur beaucoup de produits,il n'empêche pas quelques gènes d'avoir une récessivité propre à un ou plusieurs individus qui n'affirmera une réceptivité que lors d'une union où ce gène sera lui aussi récessif.
C'est ce que l'on appelle l'INNEE.
Ensuite,et de là se fait la différence:la Conception selon laquelle une capacité ou une structure psychologique se développe avec l'âge et n'est donc pas innée:L'acquis ou le Génétisme.

Pour la question des différences caractérielles dans une même portée se faisant sur le gène du "poils longs",il n'y a aucune association concrète qui peut se faire entre le caractère et la robe:nous sommes là dans le Nativisme,donc le contraire au génétisme,si comparaison se fait,elle ne peut être considéré qu'accidentelle.

La sensibilité et la nervosité sont des particularités très présentes sur les axes "Flap",qui sont les plus récessifs en poils longs;Certains "Rusky" s'y rapprochent aussi mais souvent unis aux Flap.
Par contre,j'ai souvent vu des portées avec présences de "poilus"et j'avoue que souvent ces chiots là avaient un comportement similaire voire supérieur à leurs frères et soeurs.

Ne vous laissez pas envahir par les doutes des"on dit";La génétique est une véracité par les faits,qui si elle est bien conduite donne la matière nécessaire pour le travail.
Pour le moment,le marché mondial se sert pour beaucoup en France et en Belgique,cela veut bien dire que notre cheptel est toujours à la pointe du progrès :rayonnage positif de nos éleveurs de travail...

Pour les qualités ou défauts,cela dépend en premier lieu de ce que l'on recherche chez le chien. Pour certaines personnes,des qualités sont des défauts et vice versa.
Il est important de savoir dés le départ les particularités de chaque lignée pour les adapter à son dressage,sa perception,son besoin utilitaire et bien sûr son équipe ou son environnement.
Ensuite,lorsque l'on a fait son choix,il faut admettre que dans chaque portée,même si l'homogénéité est présente,tous les chiots auront un tempérament spécifique qui conviendra plus à une personne qu'à une autre:plus joueur,plus calme,plus frondeur,etc...
Celui qui sera le plus à même de vous renseigner est véritablement l'éleveur puisqu'il aura vu l'évolution et non vous sur un instant.

 

 

 

Trop de faux papiers ont altéré le travail des éleveurs "amateurs" et professionnels,de sorte qu'actuellement,certains inconsciemment se trouvent dans l'impasse et l'incompréhension.
Donc,quand on est un inconditionnel de sa race,li y a un moment où il faut réagir,et voyant la résultante de certaines unions et de certains produits,je pense qu'il faut remédier aux problèmes maintenant...

Certains esprits chagrins ont crié à l'inadmissible et d'autres ont fustigé cette méthode d'arrangements technocratiques,mais à qui la faute???
tout simplement à certains axes politiques de clubs de races,de fédérations mises à l'écart par des bureaucrates incompétents et des scissions idéologiques.

Les faux papiers sont nés en France quand des directives de club de races ont chassé lors des confirmations certains affixes de travail en s'abrogeant le droit d'exister à des lignées belges.
Les faux papiers sont nés en Belgique lorsque certaines fédérations furent dissociées de la FCI et s'inscrivirent au Kennel ,d'où l'interdiction de saillies avec ce cheptel des plus représentatif pour le travail.

C'est bien là que l'on se rend compte que la dictature amène inéluctablement tôt ou tard une réaction souterraine pour contourner des lois utopiques et par ricochets des actes nécessaires pour notre liberté de pensée.
Nos politiciens veulent construire une Europe sans frontières,que nos dirigeants canins anticipent cette idée en nous laissant vaquer ouvertement sur tout le cheptel existant,et là les faux papiers disparaîtront...

En Belgique ou en France ,notre travail de sangs étant bipolaire , nous nous servons comme appui systématiquement d'étalons ayant crée par diverses retrempes ou resserrages des axes primordiaux et si l'on se réfère à l'historique atavique des Bergers Belges de Travail,on se rend compte que d'autres axes se dessinent après 4 à 5 générations,ce fait découle des ouvertures obligatoires d'oxygénations.

Il faut aussi prendre en compte que le cheptel s'est développé sur des lignées collatérales légèrement consanguines avec des inclusions étrangères sur chaque étage,donc une diversité des Génomes laissant énormément de probabilités génétiques.
Cette politique d'élevage amène donc beaucoup d'étalons ou de lices très dilués sur un marché très ouvert,où il est très difficile de repérer une fixation.
Certains élevages sont donc dans l'obligation de charpenter des lignées précises pour créer un étayage plancher.

A l'heure actuelle,certains étalons commencent à être positionné en ancrage,mais descendent tous des même axes en travail demi-sangs .Les plus récents sont pour moi:
Voltaire,Atos,Cheyenne,Gabon,Elgos,et Judex.
Pour que l'ancrage se certifie:3 générations seront nécessaires,mais je pense obligatoirement marié à certains axes Belges. Des éleveurs consciencieux sont déjà au travail...


Les chiens actuels sont plus équilibrés. Le côté sportif est plus le retour de l'évolution du dressage .Nos plus grands dresseurs ayant compris la similitude de préparations qui devait être en corrélation à celui des athlètes humains que se soit sur le physique,le psychique,le technique ou la tactique.
Ces quatre préparations étant l'ossature de tous les fondamentaux,je ne connais aucun sport ni aucun stratège de combat qui laisse de côté ces paramètres.
Nous sommes donc rentrés dans une ère nouvelle et la professionnalisation a pris ses quartiers de noblesse.
Maintenant pour jouer et s'aligner,il faut faire beaucoup de sacrifices pécuniaires et horaires,les seuls pouvant relever le défi sont ceux qui par leurs métiers(souvent cynos) possèdent le temps et les moyens adaptés.
Si en plus,ils ont les connaissances,ils sont intouchables.
Attention,ils ne faut pas les blâmer,ils se sont donnés les moyens d'exister et pour ceux qui ont réussi,Chapeau bas,fallait oser...
Voilà pour moi le pourquoi de cette évolution dans le dressage amenant par là même une remise en question quand aux matériels nécessaires,donc eux aussi en perpétuelle connexion avec la demande.
Les bons ouvriers ont toujours de bons outils dont ils savent se servir.

Pour les chiens,indépendamment du fait de certaines relations de causes à effets citées plus haut;d'autres points sont a prendre en compte.
Il faut être réaliste,à par quelques cas isolés dans d'autres races,seuls les Bergers Allemands et les Bergers Belges de Travail ont tiré leurs épingles du jeu.
Je ne parlerai que des Belges .
Les naissances du Malinois et Tervuerens d'utilisations ont explosées et à ce titre ont amené sur le marché actuel une profusion de sangs dissociés,dans ces salades de lignées de travail,toutes les qualités ou défauts ataviques sont présents et quelquefois l'opportunité fait que la complémentarité nécessaire se créait.
Si ces produits tombent dans des mains ou écoles expertes,ils sortent à haut niveau et deviennent des références visuelles donc commerciales et à ce titre peuvent fausser les données objectives.
Comme je l'ai dit maintes fois,ils faut de tout pour faire un monde,il appartient à chacun de savoir ce qu'il recherche,les réciteurs,les modelables,les guerriers intransigeants ou les abrutis finis ont toujours existé,ce planel de couleurs nous permet de piocher de droite et de gauche selon notre ressenti .Ensuite c'est aux éleveurs de faire leurs alliages pour fabriquer LA MATIERE qui conviendra à certaines demandes.

Mais une chose est sûre,se sont des lignées précises qui font d'un chien un étalon conséquent,alors je ne me fais pas de soucis,les étoiles s'éteignent et les astres subsistent.

Tout ceux qui me connaisse,savent le RESPECT et tout ce que je dois à M.LUC VANSTEENBRUGGE.La plupart des choses que je sais dans la génétique pratique et la vision d'un chien au travail :je lui doit...
Tous les résultats que j'ai acquis dans mon élevage:je les partage avec lui...

Mais par dessus tout,j'affirme que c'est grâce a son audace et sa perception d'un manque de certaines qualités dans les Bergers belges de Travail que notre cheptel s'est amélioré et qu'il se situe au plus haut niveau mondial.
Pour ce fait,il a su se projeter dans l'avenir pour nous ramener les lignées obligatoires à l'emploi.

C'est par lui que sont arrivés:les MENO;BLONDEAU;DEBBER;et bien sur:LES ARAT...

Par Arat:je veux dire DICK1,DICK2,MANDRO,TARZAN et bien sûr:CARTOUCHE,SNAP,LOUKI. CARTOUCHE nous a donné entre autre:plusieurs fils qui se sont révélés de grands étalons.

Les plus réputés resteront de part leurs produits:G'VITOU et G'BEEBER.
A l'heure actuelle,je ne connais aucun chien de travail qui ne possède dans ses gènes l'un de ses 2 Etalons...

G'VITOU des 2 Pottois dit "VARACK" (Cartouche sur Josque).
_Cartouche(Castor van Kronenburg sur Lis).
_Josque(Dick2 sur Linda).

G'BEEBER (Cartouche sur Yourie).
_Cartouche(Castor van Kronenburg sur Lis).
_Yourie(Gordon dit "Tarzan" sur Fancia).

J'espère que vous comprendrez,pourquoi j'ai commencé par l'éleveur des 2 Pottois,il aurait été inconcevable de faire abstraction à son action positive envers l'élevage mondial des Bergers Belges de Travail.


Exemple :la véracité des règles génétiques...

Elgos a été acheté par Luc Vansteenbrugge à titre de retrempe pour son élevage des 2 Pottois,avant de l' acquérir il a regardé deux paramètres primordiaux:
_
Son potentiel atavique réel:le jeu,les sauts,la qualité de bouche et la résultante des acquis.
_Sa génétique réelle:l'hyper consanguinité Rusky,Flap avec l'apport Beeber(la tête d'Elgos est flagrante pour les connaisseurs).
Luc a toujours considéré que les meilleurs chiens de Travail(malinois)étaient les "Cartouche"serrés sur des "Flap".Pour mettre en compromis:Présence et Récitation.

Alors il est normal que pour les Belges et leurs programmes spécifiques surtout sur le mordant,la première génération étant en retrempe sur des lignées décalées,ces produits ne montraient pas les qualités requises.
Par contre,si sur la deuxième génération la consanguinité était ramenée sur les  lignées d’outre-quievrain , l'impact était aussitôt présent.

Pour citer M.Varlet:Le brassage des polygènes et leurs dissociations crée une rupture dans l'équilibre de leurs transmissions .Tout cela pour dire que les éleveurs doivent (et je l'ai déjà dit)travailler dans l'axe de la demande établie par l'utilisation et non pas faire des portées commerciales ou géographique qui envahissent notre race,et qui à court terme pollueront notre cheptel...
 



Donc,le hasard n'y est pour rien,ce n'est que les règles fondamentales qui s'établissent.

Les 2 Pottois et M.Luc Vansteenbrugge;Les Boscailles et M.Régis Lebon font partie intégrante de L'HISTOIRE CONSTRUCTIVE ET INELUCTABLE DE NOS MALINOIS ET TERVUERENS DE TRAVAIL.
Sans ces deux ELEVEURS BELGES,l'élevage mondial des BB de travail serait moribond et inadéquat au travail sur toutes les disciplines de dressage .Je réitère mes dires du sujet "G'Vitou" par rapport à Luc,si Régis Lebon n'était pas allé nous cherchez des lignées fondamentales au Kennel(LOB,VAV,NVBK)ces sorties nous auraient gravement manqué.
Si Luc nous a ramené les lignées ARAT,DEBBER,MENO;Régis lui nous a rapporté les autres,toutes aussi nécessaires:les GROBBER,BLONDEAU,JUAN.Comme si ces deux seigneurs de l'élevage avaient perçu les sangs primordiaux et qu'ils s'étaient partagés la tâche.
Actuellement,je ne connais aucun chien de travail qui ne portent dans ses gènes les axes cités,donc je peux affirmer que
M.LEBON et M.VANSTEENBRUGGE SONT LES INVENTEURS DU MALINOIS ET TERVUERENS ACTUELS.

Pour finaliser ces propos et répondre à la question:nous étions surbookés de lignées hyper consanguines"Flap et Rusky",l'entrée dans notre cheptel national des oxygénations ci-dessus ont ragaillardi la race,voire l'on sauvé d'une fermeture annoncée.


Ma propre perception me fait situer tout ces axes ainsi:
*Arat:"B".
Debber:"AB". Meno:"Ba". Grobber:"B". Blondeau:"AB". Juan:"Ab".
Je n'oublierai pas de citer trois autres injections de Belgique :(de personnes différentes).
*Flap:"A". Rusky:"AB". Xjellaba:"B".
Comme quoi toutes nos racines de Travail viennent du pays d'origine,c'est notre analyse génétique qui en a modifié les modules souvent pour donner une matière adaptée au programme national ou proprioceptif...

Pour Régis,il est évident de part son travail génétique qu'il adorait les:"B".
Je tiens aussi a rendre hommage sur ce sujet a un énorme dresseur belge:M.LUCIEN RIVIERE,qui sans contestation possible fut et est celui qui éduqua le plus de "BOSCAILLE".

Certaines lignées possèdent héréditairement des facilités pour être positionnées sur les prises hautes,principalement les axes Flap .Le fait de les marier sur des sangs décalés amènent dans une même fratrie souvent des comportements différents selon les élèves,certains seront fondamentalement à l'aise sur des prises basses et d'autres sur des prises hautes, cela ne s'explique pas,c'est simplement instinctif.
Donc lorsque dans le débourrage de base,on initialise fortement le chien sur des prises spécifiques,certains s'adaptent facilement aux prises secondaires ou de secours,et d'autres ont beaucoup de mal à l'accepter;c'est sur cet épisode là que l'HA devient très important et qu'il démontre sa "vista" et ses capacités d'adaptations.
Cependant,dans ces portées retrempées,il peut aussi s'y trouver des animaux atypique dans leurs besoins de prises,la réactivité opportuniste sur les prises de changement est présente (les axes Flap,Rusky,Blondeau,Debber) le démontre souvent,mais si les produits ont en apports des sangs dits de types forts (Grobber,certains Mits,Meno,Xjelaba),ce désaxement amènent quelques chiens à être dérangés quand les prises hautes sont très centrées,et ne leur permet pas donc d'avoir une prise suffisamment pleine.
Souvent ces chiens décrochent rapidement pour revenir sur les bras,ils se sécurisent ainsi psychologiquement et ataviquement ,alors que l'action de l'HA ne les dérange nullement.

Les résultantes et les réciprocités entre frères et soeurs sont très difficilement explicables par écrit.

Tout de même sans être professeur sur la génétique d'autant plus quand elle est pluri-factorielles .
Lorsqu'il s'agit d'une récessivité axée sur le phénotype,l'avantage est que l'on voit directement les résultats,et si l'on se tient à la loi de Mendel sur l'hétérozygotie ou l'homozygotie,les finalités recherchées s'affirment.
Par contre,en inverse,lorsque l'on traite du sujet sur l'atavisme caractériel,nous travaillons en situations non-visuelles qui sont en plus décalées par le positionnement d'acquis sur l'innéité,de là les dilemnes inhérents à certaines méthodes poussées dans leurs extrêmes par la consanguinité et la retrempe.
Beaucoup de personnes crient au scandale quand la phase consanguine est étroite,même certains scientifiques,pourtant c'est la seule méthodologie qui affirme et certifie qualités et défauts.
Les gens ont tendances à paralléliser ce contexte humainement,ce qui devient inéluctablement dans l'idée comme inconcevable dans nos moeurs,pourtant toutes les espèces quelles soient végétales ou animales sont nées de strates consanguines.
Dans la nature,ceux qui ne doivent pas vivre sont inéluctablement nettoyés,la civilisation a permis par l'évolution de la science à maintenir en vie les tares et donc de se substituer à l'ordre établi.
Il ne faut pas oublier qu'aucune gestion n'a été établi génétiquement sur l'homme,contrairement à certaines espèces animales qui elles furent construites selon des critères bien positionnés.
De par ce fait,contrairement à la gente humaine qui possède dés le départ des problèmes affichés,nos chiens eux,sortent d'un cursus atavique suivi,donc plus à même d'être circoncis si problème il y avait.
La retrempe il est vrai sécurise naturellement par l'éthique humaine une vision plus conventionnelle,mais indépendamment d'une oxygénation obligatoire sur certaines phases trop fermées,elle n'apporte dans certains cas qu'une complémentarité relative et non cernable dans son ensemble,elle ne doit donc rester utilisable qu'avec parcimonie dans des situations bien spécifiques,autrement elle créera une dissociation des gènes qui peut aller à l'encontre de plusieurs étages confirmés.

J'étais obligé de notifier ces fondamentaux pour être en relation compréhensive avec le sujet.
Pour la première idée,chaque sujet possède son propre génome même sur une fratrie,toutes les entités sont systématiquement différentes,aucun sujet n'est le clone de l'autre,chacun possède ses spécificités mais ne les transmettront pas nécessairement,voire amèneront des phases récessives si le mariage adéquat le transmet aussi.
Ce qui veut dire,que même si la trame génétique est similaire,la transmission dépend de l'entité personnelle,elle peut avoir des comportements généraux identiques mais avec des particularités inhérentes à l'individu.
Pour la deuxième idée,chaque strates rapportées déconnectionnent systématiquement par d'autres venues un atavisme acquis,il n'y a que la consanguinité proche en filiales ou collatérales qui peut affirmer des fixations,surtout si l'on recherche une homogénéité d'ensemble.

Si l'on positionne des axes décroisés sur une famille très consanguine,cette dernière sera plus imposante systématiquement et imposera sur un fort pourcentage sa récessivité.
Lorsque l'on veut inclure des points précis,il faut qu'en bi-latéralité,la recherche de données soit présente pour qu'il y ait réception,certains produits le démontreront aussitôt et d'autres l'auront en réserves sous jacentes,où elles n'apparaîtront que sur une union ultérieure basée elles aussi sur des retours récessifs.

Certaines lois sont indéfectibles et d'autres ne sont que probabilités .Mais plus le génome est issu de familles proches,moins il a de chance de se morceler.

De même ,des femelles bien nées méritent autant sinon plus que certains mâles,et lorsque je vois dans une portée une lice supérieure à ses frères partir pour des particuliers plutôt qu'à l'utilisation,cela me désole.
Si au moins on me sortait une excuse valable,je ne m'offusquerai pas;Malheureusement se sont systématiquement les sempiternelles "chaleurs","sensiblerie","morphologie légère" qui les mettent aux déblais.
Tristes constatations,mais n'oubliez pas que c'est de leurs matrices que sortent nos champions.

"LA GRANDEUR DU CHIEN,NE SE MESURE PAS A SA TAILLE"

Au même titre que les mâles,et que tous êtres vivants sur cette planète,nous possédons des épisodes d'évolutions physiologiques et psychologiques .Chaque individu ensuite se révèle selon son atavisme et sa proprioception congénitale:c'est ce que l'on appelle l'inné,par la suite vient aussi se greffer les apports de la vie (néfaste ou positif), se sont les acquis.
Beaucoup trop de personnes oublient qu'il faut laisser le temps au temps,et demandent à leurs animaux (quel que soit le sexe) des réactions qui vont à l'encontre de leur maturité dans le temps.
S'il y a relations entre le physique et le mental,c'est une phase épisodique,c'est à nous Humain,de savoir le lire voire d'anticiper une situation naturelle et donc de lever le pied à ce moment là.
J'estime que souvent les problèmes soi-disant techniques sont amenés par un dressage non approprié dans un temps donné et comme d'habitude l'homme ne se remet pas en question en se trouvant un alibi.

Je le réitère,les femelles ont autant de qualités pour travailler que les mâles,mais ce n'est pas dans l'esprit latin de l'admettre. Si vous allez en Suisse,Pays Saxons ou Nordiques,cet esprit phallocrate est absent et beaucoup de lices jouent dans tout les programmes. 

En France comme en Belgique,chaque éleveur essaye du mieux qu'il peut de créer des produits selon son ressenti,mais les demandes sont souvent éclectiques et en dépendances de plusieurs programmes d'utilisations.
Chaque programme demande une consonance particulière et il est donc difficile de plaire à tout le monde.
C'est pour cela que je travaille sur des axes qui sont pour moi primordiaux et je pense adaptables.
Ensuite,quand la matière est présente,c'est au maître de savoir le chien qu'il a au bout de la laisse et de dresser selon son élève.
Mon petit avantage est que je sais encore où je dois puiser mon idéologie atavique.

Chaque individu possède son propre ressenti et recherche un type de chien précis;Il en est de même pour les éleveurs qui eux en plus sont sous la dépendance de la demande,de leur positionnement géographique,de leur clientèle et de leur réceptivité d'adaptation.
Tous les éleveurs dignes de ce nom sont des alchimistes essayant de créer la matière la plus proche de leur idéal,cela veut dire qu'il n'existe pas de combinaison précise,si combinaison il y a,elle est en relation avec des idées personnelles.
Pour les axes originels,ils existent tels qu'ils sont,possèdent leurs qualités et leurs défauts,ensuite c'est à l'éleveur de construire la destinée et l'atavisme de ses produits.
"Nul n'est prophète dans son pays,se sont des disciples qui bâtiront des icônes."
Alors n'oublions pas que nous sommes tous de passage et que nous nous devons de passer un témoin propre.

Dans cet ordre d'idée :

" Une phrase de Luc(les 2 Pottois)m'est de suite venue à l'esprit .Nous étions en pleine discussion lorsqu'une personne est venue parler de son chien à Luc,de suite il lui demanda quels étaient ses parents sans autres notions,cette personne lui donna les noms et Luc lui posa une seule question:
"Est t'il sauteur et rapporte t'il".Il n'a demandé rien d'autre,comme si le reste était secondaire.
Donc en tant que disciple de Luc,je pense maintenant que chaque lignée bien établie amène par atavisme des physiques,des couleurs,des distinctions ou comportements typiques en phases générales,mais et c'est ce qui fait la particularité de la génétique caractérielle,dans chaque portée,chaque individu à son propre axe congénital qui peut le faire différer.
Si je prend des exemples un par un:
*
Chaleur:Itusk ne la supportait pas,certains de ses fils aussi et d'autres non.
*
Frappe:Certaines lignées l'on en référence mais la garde ou la perde selon le dressage,d'autres l'acquièrent en technicité ou après le fleurissement derrière l'éducation.
*
La Bouche:C'est certainement l'héréditabilité la plus évidente,mais elle peut être totalement atrophiée par une mauvaise perception dans le débourrage.
*
Les Sauts:Souvent les problèmes sont assujettis à la gourmandise:trop vite,trop haut,trop jeune,trop dur,tous les sauts actuels sont faisables,c'est souvent ou un problème technique ou psychique,voir les deux.
*
Réceptivité:Beaucoup trop d'individus humains pensent que Rébellion à la force est synonyme de bêtise,qu'ils inversent les rôles,ils se rendront compte que l'idiot n'est pas celui à qui l'on pense.
*
Sociabilité:Certainement aussi héréditaire,mais là aussi,si l'animal ne connaît comme cursus de vie:Chenil,Voiture, Ring,Voiture,Chenil;Cela n'aide pas l'épanouissement.

Comme nous voyons ,l'homme arrive à dénaturer même l'atavisme et se remet rarement en question,alors plutôt que d'essayer de comprendre pour remédier aux problèmes,il se cherche des ALIBIS.

Les critères héréditaires de nos lignées actuelles sont souvent positifs mais quantitatifs,c'est au Maître du chien de les rendre qualitatifs,pour cela il faut redevenir humble et modeste:
"GROS TRAVAIL EN PERSPECTIVE".